Wednesday, July 05, 2006

George Beller Superstar !

Ca y'est. Je l'ai. Le Saint-Graal du retropudding.

Ce site, voyez vous, c'est un peu le Nanarland du jeux vidéo. Certes, c'est prétentieux, mais l'idée est néanmoins là. Devant un bon nanar, on ne s'ennuie pas. On est au moins époustouflé tellement c'est mauvasi et kitsch. Et bien, le jeu vidéo aussi a ses nanars. Ses jeux mauvais, mais sympathiques et amusants.

Dans les deux cas, le salut vient parfois du seul jeu d'acteur. Tout ceux qui ont vu Turkish Star Wars savent de quoi je parle. Et bien désormais, tout ceux qui joueront a "Télé CD" aussi : ce titre est en effet touché par la grâce de Georges Beller, animateur has been qui ne doit son succès qu'a sa belle gueule de chimpanzé et a son humour ravageur. Télé CD, c'est l'histoire d'un double sauvetage. D'une entraide mutuelle, de la symbiose de l'écosysteme vidéoludique. Télé
CD ne serait rien sans Georges Beller, et Georges Beller n'était plus rien avant Télé CD. Mais Télé CD, c'est aussi peut être la raison pour laquelle la télé déteste tant les jeux vidéos. C'est l'histoire d'une compromission, d'un produit batard, et d'un ratage monumental (mais sympathique).

Il faut vous dire qu'a l'époque (que je situerai entre 94 et 96), l'engouement du public pour le Multimédia et le Lecteur de CD ROM magique qui rend l'informatique drole, amusante, et sympathique pour les familles du monde entier était telle que l'on était prêt a n'importe quel foli pour convaincre la ménagère réticente de s'y mettre. On fit donc ainsi appel a la carte ultime, le joker de l'Informatique, Georges Beller pour s'amuser, et a Julien Courbet pour nous apprendre Windows. Dans la mesure ou les joueurs de Télé CD savent probablement a peine se servir d'un ordinateur, les instructions de départ sont donc très simples.
















Dès cet écran, dès ce point de départ, on sent que le Kitsch est là, que ce CD en transpire par tout les pores. Cet écran, c'est un préliminaire, au sens sexuel du terme. On sait que au délà de cet écran, on part pour tout une aventure, pour un périple au sein du plaisir et de la drolitude. Les deux boutons permettent au choix d'installer le jeu ou d'y jouer. On peut donc y jouer sans l'installer, j'imagine que celle ci devait permettre d'accélerer un peu les choses a l'époque des lecteurs tout lent tout mous (comme Georges Beller)















Comme l'équipe de développement n'avait pas les moyens de se payer un studio de télévision, ils ont donc utilisé la fameuse méthode du fond bleu, et des images de synthèse sur lesquelles ont été incrusté Georges Beller. Malheureusement, on constate qu'ils n'avaient pas non plus les moyens de se payer des graphistes. Non pas que ça soit techniquement raté, mais ca pête les yeux.



















Après le choc du lancement, après le choc de l'animateur et de son décor flashy, il faut vouspréparer a un 3eme choc : les candidats. Comme concernant notre inaugural Juste Prix, vous devez vous choisir un avatar. Ce qui est particulierement interessant concernant ces avatars, c'est qu'en essayant de donner un apect rigolo au produit en jouant des steréotypes completement allumés, ils ne font qu'être ridicule eux même. Car surjouer est une chose, surjouer mal en est une être.














Ainsi, mon avatar décérébré n'arrêtait pas de hurler "HAHA ! J'vais pouvoir faire une percée !". Je vous laisse imaginer ce que cela aurait donné sur un plateau de télévision réel. Ca aurait probablement inquiété les candidates.















Le but du jeu consiste a obtenir 1 000 000 points. C'est un peu con, dans la mesure ou chaque question apporte systématiquement 50 000 points. Ils auraient pu faire "le premier qui a 20 bonnes réponses a gagné", mais ca devait être un peu has been. Ca me rapelle cette "inflation" qu'ont connu tout les fans de flipper. A une époque, arriver au million de points sur ces machines témoignait déja d'une bonne maitrise. Les flippers plus récents, eux, vous offraient 700 000 points rien que pour lancer la boule.
















Notons que si vous n'avez pas d'amis, l'ordinateur oubliera de vous fournir des concurrents. On ose imaginer ce que ca serait si ca passait a la télé. Le jeu en lui même ressemble a un quiz raté, et ce, en grande partie parce qu'il s'agit d'un quizz raté. Le jeu pioche une catégorie de question au hasard. Celles ci sont de qualité, dans le sens ou elles vont de l'outrageusement simple au truc pointu. Néanmoins, pas de panique, c'est grand public. A chaque réponse, Georges Beller ne peut pas s'empécher d'intervenir. On pourrait trouver ça ennuyeux, mais il ne faut pas oublier que c'est le coté pathétique qui donne son intéret au jeu. Georges Beller ne sait faire que deux types d'intervention :

-Euphorique, quand vous avez une bonne réponse, même si elle porte sur "le nom du réalisateur de Jurassic Park", et que vous avez eu 20 réponses fausses avant, Georges Beller vous assurera que vous êtes la personne la plus intelligente sur terre, et que ce serait bien de vous inscrire a tout les jeux télés du monde parce que vous serez surement milliardaires si vous faisiez ça.

-Déçu, en cas d'échec. Il essaie néanmoins de vous remonter le moral, avec un talent qui ferait passer les grand classique du genre "une de perdue, dix de retrouvés" et "au moins il n'a pas souffert" pour la plus grande invention psychologique de tout les temps.

Après l'intervention de Georges Beller, votre candidat fera une petite intervention, qui s'est résumé a "je vais faire une percée !" dans mon cas. De fil en aiguille, vous arrivez jusqu'au trésor, et vous vous rendez compte que le seul intéret du jeu ne sont au fond que les interventions pitoyables de Georges Beller, qui par exemple, fait semblant de ne pas arriver a dire "congratulations" (haha ! que c'est drole !). Il sait parfois faire preuve de second degré en affirmant parfois : "avec ce jeu, j'ai un succès fou".
















Dommage que ce type de jeu aie a peu près disparu. Les superstars qui se melent au jeu vidéo, ca donne toujours des grands résultats. Par exemple, je tuerai pour mettre la main sur CA.

3 Comments:

Blogger BiFiBi said...

Dites moi Mister Mickmils, comment faites-vous pour dénicher toutes ces perles ? Même en lancant un "random game" sur Underdogs ou Mobygames je ne trouve rien qui aille à ce niveau...

Chapeau l'artiste cependant, je vais voir ton blog au moins une fois par jour vérifier s'il n'y a pas de mises à jour... =)

11:49 AM  
Blogger Michael said...

Et bien merci !

Quant aux perles, c'est malheureusement comme je te dis. Le tout est de chercher, chercher des trucs auquel PERSONNE ne joue, et sur toutes les machines que ce soit. Concernant ce titre en particulier, je dois avouer que c'est la hasard simplement, puisqu'une personne de ma conaissance était en possession du CD depuis des années....

7:26 AM  
Anonymous alex said...

Monsieur Mickmils, si je trouve un jour le cd rom de Julien Courbet, je vous l'envoie, gratuitement, et ce parce que j'ai découvert ce site ce soir, et apres lecture de deux articles, hop, dans mes favoris. Parce que je suis littéralement plié en deux. Parce les nanards, je connais, et j'en suis amateur.Je suis aussi de ceux qui passent des heures entières sur youtube afin de dénicher les trucs musicaux les plus improbables de l'histoire de l'humanité. J'écoute Bide et Musique et je l'assume (et le recommande a tout le monde, si vous ne connaissez pas, tapez ca sur google et préparez vous...). Mais, au dela du cinéma et de la musique, les jeux vidéos improbables, j'en ai jamais eu (et pourtant je suis né avec un Atari ST a la maison depuis je n'ai plus décroché...) Bref, merci, continuez, et je laisserais un message sur cet article lorsque je trouverai le logiciel en question (si je le trouve, bien entendu.)

2:39 PM  

Post a Comment

<< Home