Wednesday, June 21, 2006

Biko 2 Reversible Face

Oh putain.

Je sais que vous raffolez de mes introductions raffinnées, de mon style élégant, de la manière subtile avec laquelle je manie la langue française. Oui, je sais que vous m'aimez. La preuve, certains d'entre vous vont même jusqu'a lacher des commentaires sur mes glorieux et insignifiants et articles.

Mais c'est un homme faible qui vous parle aujourd'hui. Un homme qui vient d'affronter la douleur, l'humiliation, en même temps que la stupeur et l'effroi.

Pardonne moi, blog. J'ai échoué.

C'est en faisant un détour sur mobygames et en cliquant sur "random game" comme un taré en ayant l'espoir de découvrir un ou deux titres idiots que je l'ai vu. Biko 2 reversible face.

J'ignorais qu'il y'avait un Biko 1.

Et ce jeu il avait l'air exceptionnel : une note moyenne de 0.8 sur 5, et surtout, une description qui me plaisait a mort : "stalking simulation". Savez vous ce qu'est un Stalker ? Non ce n'est pas qu'un jeu très en retard. Il va falloir que je vous donne un petit cours de culture japonaise.

Les japonais sont des pervers, tout le monde le sait. Leurs "magasins de cul" sont remplis de DVDs étranges, ou le salary man moyen peut, en cachette, acheter un DVD de nanas mélangeant moules et sangsues, ou en train de se faire couper les
cheveux chez le coiffeur. Oui, le japonais n'est pas comme nous. Et bien, un stalker, c'est quelqu'un dont le trip est de suivre les nanas dans la rue (et, si possible, de les prendre en photo). Oui, y'en a qui font ça aussi chez nous, mais la bas, c'est un vrai phénomène de société.

J'ai donc installé Biko 2. Par curiosité professionnelle. Et je n'ai pu hélas, y jouer que pendant quelques minutes. Car les PCs des japonais eux aussi, ne sont pas comme nous, et le bazar plante systématiquement au bout d'un quart d'heure, quand j'ai de la chance.

Et c'est dommage, car le jeu était tout bonnement exceptionnel.

Ca commence par une phase où l'on voyait une nana se trémousser derriere plein de lumieres. On attend. Il ne se passe rien. Au bout de 3 minutes d'ennui, j'ai essayé de cliquer partout et il s'est passé un truc. Visiblement, l'affichage 2D au dessus de la 3D a été codé avec les pieds.















(vous n'avez aucune idée de la niaiserie de cette scène)

S'ensuit une petite phase d'aventure/QCM ou on ne comprend rien, puisque c'est en japonais. On remarque cependant que le personnage a une grosse touffe de cheveux devant les yeux, et qu'on ne voit donc jamais ceux ci. Le signe de la honte, surement. Il est possible que ce personnage ne veuille pas être reconnu afin de ne pas compromette sa carrière dans d'autres jeux vidéos.

Vient alors la phase de stalking proprement dite : comment suivre une nana la nuit dans la rue, sans se faire repérer ?

Et bien c'est du grand art.

Tout d'abord, on controle son personnage a la souris. Dans une vue a la 3eme personne, il faut amener le pointeur vers un des bords de l'écran et cliquer pour faire avancer le personnage dans la direction voulue. Peut être que les japonais trouvent ce
style de controle très naturel. Nous autres occidentaux, on aurait tendance a décrire ça comme "nul a chier". A moins que le jeu soit, en fait, une situation de Stalker bourré.














(le héros mystérieux...)

En haut a droite de l'écran, on a une barre qui monte et descend. Quand elle est a zéro, vous êtes "trop loin" de votre cible, donc vous perdez. Le probleme, c'est que trop loin, c'est 10 mètres. Votre cible doit donc etre, de maniere optimale, a moins de 5 metres de vous. Vous lui collez donc littéralement au cul, et bien sur la pauvre petite fille innocente, qui ignore tout de la vie, et ne se doute de rien.

SAUF SI....

a cause du systeme de controle, vous avez le malheur de shooter malcontreusement dans une canette de coca qui traine par terre. A ce moment la, la nana se rend compte de votre présence et vous êtes mort. Le but du jeu consiste donc a suivre
une nana dans la rue en évitant les canettes de coca au sol (seuls obstacles que j'ai rencontré en un quart d'heure de jeu). Fascinant.


Je n'ai pas réussi a suivre cette fille jusque chez elle. Comme dit plus haut, le jeu plante sans arrêt. Et c'est bien dommage, parce que d'après Mobygames, si je réussissais, j'avais droit a une scène de "viol interactif". Wow. Franchement les gars de Prison Tycoon ont encore bien des choses a apprendre (quoiqu'il serait capable de nous pondre un dating/hentai game en milieu carcéral, ça, ce serait concept!)














(un jour elle deviendra mienne... oh oui...)

Ces soucis techniques m'ont rendu triste. Mais en écrivant ce message j'ai parlé du jeu a un ami Otaku. Bizarrement, il connaissait. Et il m'a meme informé qu'il y'avait aussi un "Biko 3", j'ai donc tapé ça sur eMule et oh joie ! Il y est ! En plus, il y a un patch anglais ! Je vous ferai donc part bientot de mes impressions plus profondes sur cette version, probablement sublimement améliorée...

4 Comments:

Blogger B said...

Faut poster plus souvent Monsieur. Je suis un grand grand fan de ce que vous faîtes.

4:06 AM  
Blogger WHiSKAS said...

Grace à ton magnifique billet, tu as réussi à me pousser dans le côté obscur de la lascivité japonaise. Et je me dois de te remercier. J'ai en effet eu la joie de tester Biko3 et là : ô magie, ça tourne *plutôt* bien ( c'est assez stable pour arriver au moment les plus intéressants ).

MERCI!

1:22 PM  
Anonymous Fitzghil said...

Moi aussi j adore Moa2020 le peuple en veus plus!

2:40 PM  
Anonymous Anonymous said...

Bonsoir a tous dsl de poser une quéstion aussi bet pouréton me dir comment fair pour la manipulation du Crack Merci davance :)

11:46 AM  

Post a Comment

<< Home